Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 17:00

 

 

Des cagnarones pour l'oblade ...

 

 

 

Tandis que nous nous suivons sur l'étroit et unique sentier allant vers l'Est, le disque solaire se cache encore derrière la Montagne des Lions; jamais je ne me suis sentie masculinisée autant que ce jour là, avec ce pantalon à la toile rêche qui me râpe les jambes.

Il nous faut arriver tôt, avant que le vent de terre ne faiblisse. Devant, les trois pêcheurs, leurs « cagnarones » sur l'épaule, impriment le rythme de la marche.

 

Les cagnarones sont de grandes cannes de roseau d'un seul tenant sur 4 à 5 mètres de longueur. Les cloisons nodales de l'intérieur ont été percées au prix d'un minutieux et interminable travail dont je vous ferai grâce sauf qu'il permet ensuite de passer le fil à l'intérieur du roseau. Il suffit alors d'appliquer une bobine (carrutcha) en bas du plus gros diamètre et d'attacher le bas de ligne à l'autre extrémité.

 

La progression va bon train, déjà nous arrivons à la source, le point le plus éloigné où je sois venue . Le sentier oblique vers l'anse qui suit et aussitôt nous n'apercevons plus les cabanons. A ce moment là, toute proche de la mer, nous cherchons la source: il y a une dizaine de flaques mais comme l'eau douce sourd sous-marine, il faut goûter. C'est Momo qui trouve le premier mais, si nombreux à patauger que nous sommes, tout devient vite saumâtre.

 

Parvenus au centre de l'anse, nous affrontons l'un des deux obstacles sérieux: il s'agit d'un pan de roche perpendiculaire à la falaise qui ici tombe directement sur la mer. Cette roche, grossièrement cimentée de blocs – blocs disjoints qui font autant de marches -, forme un mur qui barre l'étroit sentier. Elevé de deux mètres, ce barrage est couronné par deux fils barbelés dont l'un, cisaillé depuis belle lurette, laissera passer nos corps; il n'y a que Momo qui dégringolera trop vite, heureusement harponné au passage par la poigne du Tartare, passé le premier , qui réceptionne les suivants et les cannes.

Du fait de leur longueur les cagnarones ne posent pas de problèmes pour être récupérés par le côté mer, malgré le fort ressac qui nous interdit de suivre la même voie. Au-dessus de nos têtes, un premier ressaut de la falaise abrite les ruines d'anciennes batteries datant de la conquête espagnole; il eut fallu pouvoir grimper jusque là pour rejoindre le village de la Tejera avec lequel nous n'avions jamais le moindre échange.

Toujours longeant l'abrupt, sur l'infime sentier, nous approchons de la Pointe aux Doblades qui se découpe comme une lame de silex taillé emmanchée dans la falaise.

La Pointe a des reflets bleutés qui contrastent avec tout le crayeux qui nous entoure; en fait ce sont des centaines d'entonnoirs de dissolution de la roche, de toutes les tailles, qui donnent cette sensation de couleur, par l'ombre créée dans chacun d'eux. Ce sont ces entonnoirs qui vont constituer le second obstacle de notre expédition, par la difficulté qu'ils présentent à la progression mais surtout à s'y tenir: c'est là que je vais apprécier mon pantalon américain,

 

Aussitôt les accompagnateurs entreprennent de vider deux musettes de croûtons de pain sec, dans un vaste entonnoir rempli d'eau de mer; des doigts Tarambana entreprend de hâter le déliement ... Dès que possible il rassemble les miettes détachées et, en petites boules à peine essorées, il en arrose l'eau bordant la roche sous nos pieds.

Très vite Kader remarque:

- Regardez comme le courant il entraîne bien ...

 

Durant ce temps les pêcheurs, Riqué, Tartare et Striguilipi, ont monté leur cagnarones. Les bas de ligne se composent simplement de deux mètres de gut portant deux bouchons à vin retaillés et, cinquante centimètres plus bas, deux hameçons de bonne taille ... Les hameçons se dissimuleront sous des croûtes de pain frais de la taille d'un timbre poste et, avec l'aide des bouchons eux-mêmes distants d'un demi mètre, entraînés par le courant, ils vogueront en surface loin de la roche ... Les pêcheurs leur libéreront du fil au fur et à mesure, par tirades de la carrutcha et hochements de la pointe de la canne ... Croûtes et bouchons vont s'éloigner, de moins en moins discernables dans l'eau écumeuse, de plus en plus épiés par toute la bande.

(suite: Capusons!Capusons!)

 

 

 

 

 

"Capusons! Capusons! ...les spargatéras sont là."

 

 

 

 

- Mmmmmmoi, s'étrangle Tartare que l'émotion fait bégayer à nouveau.

Là-bas son premier bouchon a disparu et le second zigzague en tous sens à la surface de l'eau puis plonge à son tour. Le fil se raidit déclenchant le ferrage léger de Hyacinthe qui sait qu'à ce stade le poisson est bien pris. De la pointe tressautante de sa canne, il accompagne les déplacements sous marins de la bête, vers le large, vers nous, la droite ...

- Traîne pas trop, conseille Riqué, ça va faire sauver les autres.

Le colosse exécute; à grandes brassées il ramène le fil qu'il embobinera plus tard puis relève doucement le cagnarone ... Il révèle bientôt un splendide poisson mais autant ce dernier se défendait auparavant, autant à l'air libre il est inerte, comme sorti d'une glacière !

 

Il retrouve un peu d'animation tandis que Hyacinthe le décroche de l'hameçon; déposé sur le fond d'un sarnatcho, il retourne à la léthargie. Ce qui me permet de l'admirer et à son vainqueur de me préciser:

- Une speg ... Spreug! ..Scarg! ... Hé merde, dis-lui José !

- Une spargatéra... Parce qu'elle a la taille d'une semelle d'espadrille ... Une des plus grosses qu'on peut pêcher.

Sa robe est d'argent bleuté et une barre noire raie sa queue; si l'on peut dire le sar plutôt rond, la Doblade est nettement ovale. Il y a comme du reproche dans le gros oeil rond qui me fixe ...

Dans le même temps Riqué et Stiguilipi ramènent des proies; la frénésie s'empare du groupe: tels décrochent les poissons, tels accrochent de nouvelles croûtes aux hameçons ..., puis, vite, les pêcheurs expédient leurs lignes... Telle gratte et vide les prises.

Les doblades se trouvent maintenant à quelques mètres de distance et la compétition qu'elles se livrent entre elles les privent de toute prudence.

Une vraie chambre de mort !

A tour de rôle on se passe les cannes mais mes petits bras ne parviennent pas à soutenir le lourd cagnarone; la rabia au ventre je dois renoncer à prendre ma première spargatéra.

 

Le soleil chauffait arrêtant le vent de terre, l'eau claire et apaisée faisait s'éloigner les poissons. Quand tout fut terminé, une trentaine de grosses doblades débordaient des trois sarnatchos,

 

Repost 0
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 17:00

 

 

Aïe ma mère le brometje !

 

 

 

          Mais la cuisine de Pépico se poursuit.

 

          D’une musette qu’il vient de rapporter il retire un paquet contenant des allaches. Les disposant sur une planche épaisse qui ne sert qu’à cet usage il tronçonne les sardines puis, à l’aide d’un gros galet, rond et poli, il entreprend de réduire ces morceaux en bouillie rajoutant, une fois des croûtes de pain mouillées et l’autre des poignées de sable. Lorsque la mescla, c’est-à-dire le mélange ainsi obtenu risque de déborder de la planche, mon oncle en vérifie la consistance des doigts et si elle le satisfait, du dos de la main il vide la planche dans un catcharo muni d’une anse en fil de fer. Sinon il martèle encore le mélange.

          Le paradoxe c’est que moi si délicate, je ne suis nullement incommodée par la vue de ces corps qu’on écrase, ces tripes qui jaillissent, ce sang qui rougit la planche et surtout cette humeur de sardine qui gicle sous les coups et dont quelques gouttes viennent me consteller le visage.

          Quand tout est terminé le pêcheur pousse un soupir de contentement : le " brometje ", l’amorçage est prêt. Il servira, balancé à l’eau en petites pelotes alourdies par le sable mais immédiatement dissoutes par les vagues et distribuées en milliers de particules sapides, à rameuter les poissons près de l’emplacement du pêcheur ; qui les maintiendra sur le coup par une distribution régulière.

 

Repost 0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 00:00

 

 

 

Il suffirait que la terre se ressuie un peu après toutes ces pluies ...

 

Comme semences j'utilise mes restes de marchés, je n'ai jamais eu à m'en plaindre : un cultivar des roseval ...

 

 

pomme-de-terre-semence.jpg

 

 

Je ne fais jamais plus d'une planche ce qui me laisse le temps de creuser pour chaque semence, une petite cuvette, prolongé d'un tunnel au plantoir:

 

1cd04b584c75ae5e206c21c933f39445-500x500.jpg

 

pomme-au-trou.jpg

 

J'ai le sentiment que c'est plus facile pour biner ...

 

pomme.jpg

 

Elles ne tardent guère à grandir

 

pomme4.jpg

 

puis à mûrir:

 

2011_0624-017-.JPG

 

 

Repost 0
Published by José - dans Le Potager
commenter cet article
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 00:00

 

 

 

En cette dernière décade de février 2014, j'en suis, une année de plus à contempler, avec tristesse l'état de mes chicorées de Meaux ... Comme elles lèvent avec la plus grande facilité, j'ai choisi cette année de disperser les plants aux quatre coins du potager. Pour quel résultats ? Des petits pains ronds et verts de la taille du poing ... Ne parlons pas du coeur pour autant qu'on l'aperçoive .

Une année elles avaient une bonne taille et commençaient de blanchir quand elles se sont transformées en squats à loches... j'ai tenté de les protéger ...

 

 

chicorees.JPG

 

Je persévère par entêtement mais pour ce qui est des scaroles j'ai abandonné ...

 

Il y a une chicorée d'hiver que j'ai réussi au moins une fois: la Pain de Sucre et je l'avais bien mon pain tout ferme, tout blanc au point qu'il ressemblait à un chou chinois, tout croquant et delectable aussi ...ça n'a pas suivi.

 

Je me limite donc aux laitues et précisément à deux d'entre elles: la mousseuse Reine de Mai

 

 

laitue-et-batavia.JPG

et la craquante Grenobloise

 

 

batavia-grenobloise.jpg

...aucun risque avec elles et d'ailleurs j'en repique tant qu'une cagouille téméraire peut se gaver de l'une d'elle, il m'en restera bien assez ...

 

 

2006_0519potager0015.JPG

De plus, à la mi-avril je procède à un second semis dont les résultats sont satisfaisants.

 

Chaque année je tente une laitue d'été: Reine des Glaces, Sucrine

 

sucrine.jpg

... mais ne suis guère enclin à perséverer. On vient de donner un paquet de feuilles de chêne marrons, je vais essayer.

 

 

Repost 0
Published by José - dans Le Potager
commenter cet article
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 00:00

 

 

 

... semblent aspirés par la terre ...

 

 

2009_0412-potager-moulinette--8-.jpg

 

... mais bientôt viendront les fleurs :

 

2009_0412-potager-moulinette--7-.jpg

 

... suivis des fruits ...

 

2009_0516-013-.JPG

 

Déjà commence la lutte pour la survie: l'un protège des fourmis et des loches ... l'autre des merles ...  l'idéal c'est les deux mais quel boulot pour installer tout çà ... Le bidon de 5l n'est pas mal :

 

fraises-sous-cloches.JPG

 

mais l'espace est vite embourbé:

 

fraises.jpg

 

Faut dire que quand on pratique la culture des fraises en grand, comme moi,

 

fraises-3.jpg

 

... on ne va pas réserver la part du Diable !

Repost 0
Published by José - dans Le Potager
commenter cet article
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 00:00

 

 

 

Plus fidèles ? Ya pas.

Plus généreuses ? Ya pas.

Plus fouteuses de paix ? ya toujours pas.

Dire que je l'avais acheté à moitié prix sur le marché de La Pallice, parcequ'elle était malingre ... il y a 12 ans,,,

Aujourd'hui, avec ses cinq filles, elles ne bougent pas de l'endroit que je leur ai dévolu : cette saison, pour la première fois, elles m'ont gratifié de trois récoltes !

 

 

rhu8.JPG

 

Elles ne sont jamais totalement absentes de leur platebande ...

 

2006_0305-5-rhubarbe.jpg..Dès février les feuilles ne demandent qu'à se déployer .....

 

rhubarbr-3.jpg

 

Se déployer ...

 

 

rhubarbe-petioles.jpg

 

Pour offrir enfin ces magnifiques pétioles ...

 

 

cvcv.jpg

 

Qui donneront de succulentes confitures.

Repost 0
Published by José - dans Le Potager
commenter cet article
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 00:00

 

 

 

En encourageant la prolifération du thym, j'espèe qu'un fois fleuri il attirera les insectes pollinisateurs ...

 

thym2.jpg

 

thym3.JPG

 

le persil si imprévisible ...

 

persil.jpg

 

la sarriete vivace, au parfum profond ...

 

sarriette.JPG

 

le laurier, noble et indestructible ...

 

laurier.JPG

 

le romarin, prolifique ...

 

romarin.JPG

 

l'oseille vierge, au goût si particulier ...

 

oseille-vierge.jpg

 

le basilic, empereur de l'été ...

 

keps.jpg

 

la menthe poivrée, capricieuse ...

 

menthe.jpg

 

l'ortie, juste en face du portillon ...

 

ortie.jpg

 

la verveine citronelle, aux senteurs exotiques ...

 

verveine-citronnelle-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by José - dans Le Potager
commenter cet article
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 00:00

 

 

 

... encore qu'à cette date je les ai presque tous boulottés... Mais je les revois si bien à leur place...

 

Et tout d'abord mon préféré : le Tête de Pierre ... et c'est vrai qu'elle est serrée sa petite pomme ... Le seul à me doner deux récoltes par an, résistant à tout (sauf au voleurs), et d'un délicieux !... Aîe ma mère que tu t'en relèves la nuit...

 

 

1-choux-tete-de-pierre.jpg

 

mais cette année là ils étaient trop près du grillage ...

 

Pour l'anecdote citons le chou frisé vert: j'insiste sur cette appellation déposée sinon on va le confondre avec le Milan.

Il commence modestement, comme suit:

 

 

chou-vert.jpg

 

 

se continue commeci-après :

 

 

0806.chou-vert.JPG

 

 

pour se terminer en une sorte de palmeraie verte miniature:

 

 

indexvert2.jpg

 

 

N'ayant pas réussi à retirer le moindre plaisir gustatif de cette plante, je n'en ai pas renouvelé la culture. Cependant, car il y a un gros cependant, les américains nous renvoient un légume miracle d'à tous les points de vue, qu'ils nomment Kale et dont voici l'aspect:

 

 

1782205-kale-.jpg

 

 

reste à trouver les semences.

 

 

De la graine au fruit je ne produit qu'un petit nombre de chous blancs:

 

chou-blanc--2-.JPG

 

Milans ou chous frisés,chou-milan.jpg

 

chous rouges,chou-rouge-et-fenouil.JPG

 

Par contre je laisse toute fantaisie au chou à vaches dont je n'ai pas la photo alors qu'il abonde en ce moment dans le potager ... mon ventrachoux qui accompagné d'orties me gratifie de soupes sublimes.

Repost 0
Published by José - dans Le Potager
commenter cet article
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 00:00

 

 

 

... autrement dit les aulx - les ails - et les plantes qui leur ressemblent : oignon, échalotte, poireau.

Pour la plupart des membres de cette famille, l'automne est la meilleure saison de plantation ... avec rattrapage possible en février ... quelques originaux choisissent les mois d'hiver.

C'est la raison pour laquelle, en cette saison, quelques plates-bandes sont hérissées  de lances vertes... Les alliacées se plantent à peine, avec les doigts ... je préfère les terrer d'un cm supplémentaire.

 

Autre tradition pour hâter la maturation, rompre le füt à quelques temps de la récolte ... jugez du résultat sur l'image qui suit:

 

 

ail.jpg

 

Voici de l'oignon jaune paille qui ne parait pas en grande forme

 

17-oignons-blanc-et-paille.jpg

 

Les échalottes ont meilleure mine ...

 

échalottes 2

 

L'oignon blanc présente bien ...

 

oignons-blancs.jpg

 

Le poireau se distingue des autres alliacées par sa feuille plate tandis que les autres l'ont tubulaire ...

 

poir.JPG

 

on peut récolter soi-même la semence de poireau ou d'oignon ...

 

poireaux--2-.jpg

 

... et produire ensuite son plan ...poireaux.JPG

 

Bien entendu la ciboulette fait partie de la famille ...

 

aromatiques.jpg

Repost 0
Published by José - dans Le Potager
commenter cet article
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 00:00

 

 

 

- Il n'y a de vrai que la plantation d'automne ...

- Malgré le risque de gel ?

- Chez nous ça gèle seulement tous les 3/4 ans, ça vaut le risque d'autant qu'on peut replanter en février ...

 

 

1.JPG

 

- oui, elles sont déjà hautes comme ça... Les premières années , de bric et de broc, je tentais de les abriter ...

 

 

2.jpg

 

 

... et puis j'ai plus rien fait: les bourgeons sont venus ...

 

 

3.jpg

 

 

puis les fleurs,

 

 

4.jpg

 

 

puis les févettes,

 

 

5-copie-1.jpg

 

 

et puis les toutes bonnes ...

 

 

6.JPG

 

 

Les années de gel j'arrache les branches perdues, il en repoussera de solides et fécondes, aux fruits incomparablement meilleurs que ceux plantés en février, ... sans la chiure des pucerons noirs et bien plus tôt d'au moins 3 semaines ... Vous me direz que si mon potager se trouvait à Maubeuge, la repousse ne serait pas gagnée ...

 


Repost 0
Published by José - dans Le Potager
commenter cet article